Facebook Open Graph, le retour – Premières impressions

Suite à l’annonce de Facebook de la semaine dernière à la conférence f8, j’aimerais revenir sur les éléments qui m’ont marqué avec ces nouveaux services et produits.

Mais avant de commencer, je veux vous recommander le dernier épisode du Rendez-vous Tech où Patrick, Jeff et Lionel ont bien abordé le sujet. Je voulais d’abord commenter sur leur article de blog, mais j’ai finalement préféré respecter ma politique “plus de 2 paragraphes = 1 article de blog”. :)

Voici donc les différents points qui selon moi sont importants à retenir de cette conférence.

Open Graph 2

Le Ticker, une vraie fausse bonne idée ?

Commençons donc avec le ticker : désormais intégré sur la droite de votre page d’accueil, il liste tout ce que vos amis vous autorisent à voir : commentaires, likes, nouveaux amis, activités dans les apps… Il est à priori peu intéressant pour l’utilisateur actuellement, puisqu’il inclut exactement ce que nous cherchons à éviter : le bruit sans valeur ajoutée. Seulement, grâce au nouvel Open Graph dont nous allons parler plus bas, il prend une valeur très importante pour les développeurs d’applications.

Oublions donc Spotify et Netflix, les 2 exemples choisis par Facebook (ces 2 services sont non seulement payants, mais surtout ne risquent pas d’ouvrir dans beaucoup de pays avant longtemps). Parlons plutôt de toutes les autres apps qui vont être développées : notre ticker va très vite se retrouver pollué de publications non intéressantes d’Apps de jeux etc… Le ticker est déjà inutile pour moi parce qu’il va trop vite, alors que peu d’apps sont vraiment lancées. Imaginons dans quelques mois…

Le vrai affichage en temps réel est ingérable avec la taille de nos communautés aujourd’hui. C’est d’ailleurs pour cela que Twitter avait lancé les listes, et que les cercles de Google+ existent. A l’heure de la curation, des outils de “life-hacking” qui permettent de trier l’information, il fallait vraiment faire quelque chose de plus pour que l’information soit digérable.

Le nouvel open Graph est un superbe outil de collecte d’information, mais l’affichage de ces données est pour le moment sous-exploité.

Comment effrayer les utilisateurs en quelques heures ?

Ce nouvel afflux d’information montre en clair toutes les actions qui sont vraiment partagées avec nos amis sur Facebook. C’est donc un peu la panique pour certains utilisateurs qui postaient peut être peu mais qui commentaient et jouaient à des jeux, et qui se rendent compte que finalement ils partagent plus qu’ils n’en avaient envie.

Rien de bien problématique jusque là, sauf que la panique se répand très vite à coups de chaînes vous proposant des actions toutes aussi stupides les unes que les autres…

Chaîne Facebook

Bien sûr, si les réglages de vie privée étaient plus accessibles on n’en arriverait pas là…

Influence du Ticker sur le EdgeRank

Le EdgeRank, cet algorithme qui choisit quelles sont les mises à jour que vous allez voir sur votre page d’accueil Facebook, est un élément très important pour tous les marketeurs. En effet, il va définir votre stratégie de communication sur Facebook. Il faut s’adapter en permanence afin de trouver les éléments qui génèrent le plus d’impressions, le plus d’activité de la part des utilisateurs, et le plus de clics bien entendu.

Edgerank

Ce EdgeRank est bien sûr très secret. Malgré de nombreuses études sur le sujet, on ne peut que dégager des grandes lignes sur la publication sur Facebook :

  • Les vidéos, photos et questions sont les éléments qui génèrent le plus d’impressions.
  • Les statuts sans lien et avec un simple texte sont ceux qui sont les moins vus.
  • Il vaut mieux poster directement sur Facebook plutôt que depuis une application tierce afin d’obtenir plus d’impressions.
  • Selon le moment de la journée, votre mise à jour aura un taux d’engagement différent.

Mais l’entrée du ticker et des nouveaux objets et actions pour les applications remettent en cause ce système. En effet, Facebook ayant tout intérêt à pousser les développeurs à créer des apps, ils ont intégré une nouvelle variable : une action même inintéressante peut prendre de la place sur votre newsfeed si plusieurs utilisateurs décident de faire la même chose.

Et afin de faire de la place pour ces nouvelles publications, Facebook a déjà repensé son algorithme. Et ce sont les pages Fan qui trinquent : les mises à jour de celles-ci génèrent plus de la moitié moins d’impressions ces derniers jours comparé à il y a quelques semaines !

Le résultat est très simple : les Social Media managers vont devoir se concentrer sur le développement d’applications autant que sur leur page Fan.

La clé n’est plus seulement de produire du contenu intéressant pour les utilisateurs, il faut maintenant développer les outils pour pousser le contenu dans leur newsfeed.

De nouvelles façons de partager grâce aux actions et objets

Afin de pouvoir pousser plus d’actions grâce aux applications, il fallait étendre le modèle du Like et du Recommend, pratiques mais peu descriptifs. C’est maintenant chose faite avec les Action types et Object types. Ils permettent de définir différents types d’actions et les objets qui les accompagnent.

Actions et Objets sur Facebook

Ce développement est superbe car s’il est utilisé par un grand nombre de sites, il va permettre de dégager une sémantique propre sur le web, ou chaque page sera catégorisée proprement avec les balises Open Graph. Il suffit ensuite aux développeurs de faire interagir les pages visitées et catégorisées avec Facebook, et la chose est rendue très simple avec l’API mise à disposition.

Maintenant, cela soulève quand même un gros problème : Facebook seul va être responsable de la validation de toutes les nouvelles actions et objets que nous allons créer. C’est très bien, mais pourquoi ne pas se baser sur des standards existants, ouverts, et adaptés par les trois gros moteurs de recherche du moment ? On en revient à ce fameux problème de standards

Personnellement ça me plaît moyennement que la sémantique et la catégorisation des pages web soit contrôlée entièrement par une entreprise privée. Et vous ?

Timeline, une fonctionnalité intéressante, mais pour qui ?

Finissons donc avec Timeline, cette jolie fonctionnalité dont tout le monde parle. Vous pouvez maintenant remonter jusqu’à vos tous premiers statuts postés sur Facebook en quelques secondes. C’est superbe, agréable, et rappelle de bons souvenirs. Petite vidéo de démonstration pour vous le prouver.

Séchons maintenant nos larmes d’émotion, et voyons un peu la réalité derrière ces nouveaux profils :

  • Les covers sont un superbe moyen de customizer votre profil. Je les adore ! Mais combien de vos amis ont des photos non pixellisées sur leur profil Facebook ? Combien sont assez tech-savvy pour utiliser des photos suffisamment larges pour ne pas être flous au final ? Vous m’avez compris. J’ai peur de ces profils à la Myspace qui vont arriver…
  • La timeline est un superbe moyen de documenter votre vie, en y ajoutant des faits marquants, des photos, même pour des événements du passé. Cela nous encourage à ajouter encore plus d’infos à notre compte. Bien joué Facebook !
  • Finalement, vous passez combien de temps sur les pages profil sur Facebook ? A moins d’espionner quelqu’un, il y a de fortes chances que vous passiez la plupart de votre temps sur la page d’accueil, non ? Finalement, la page profil que je visite le plus souvent c’est la mienne, pour y contrôler ce que je partage. Et vous ?

Après ces quelques points, que pensez-vous de Timeline ?

Et pour conclure…

Avant tout, je ne déteste pas Facebook. J’y passe mes journées entières, c’est une partie de mon travail, et j’aime cet outil, qui a révolutionné les médias sociaux ces dernières années.

Mais je souhaitais tout de même aborder ces changements à tête reposée, afin de peser les conséquences de ces changements pour les utilisateurs, pour les marketeurs, et pour Facebook bien sûr. Au final, j’ai l’impression qu’avec cette release, Facebook a réussi un superbe tour de force : satisfaire ses utilisateurs avec de nouvelles fonctionnalités intéressantes, satisfaire ses clients avec des options de ciblage toujours meilleures, et attaquer sa concurrence en imposant encore plus son modèle privé de l’Open Graph.

Et vous, qu’est ce que vous en pensez ? N’hésitez pas à répondre à chacun de mes points dans les commentaires !

Sources :

Published by

Jeremy

Happiness Engineer at Automattic. WordPress addict, Internet Junkie. You have been warned.